Esparbec… vous connaissez?

Je suis toujours surprise qu’Esparbec ne soit pas ou peu connu des libertins que je croise en soirée. Il était ( car il nous a quitté en juillet dernier) le plus emblématique des pornographes contemporains. Il est l’auteur d’une dizaine de romans publiés par la Musardine. Je l’ai découvert pour ma part il y a une dizaine d’année et je les ai tous lus: de la Pharmacienne (également en BD) en passant par Amour et popotin, la foire aux cochons, frotti frotta….

Sans s’embarrasser de faux semblants, il avait déclaré un jour à ses détracteurs: « Qu’est-ce qu’on peut raconter comme conneries sur la pornographie! Et sur la littérature! Pourquoi diable devraient-elles toujours être à hue et à dia? Pourquoi, d’un coté, la fine fleur des littéraires classés en auteurs érotiques et de l’autre, les X. La littérature ne peut-elle jamais naitre de la pornographie? Lui échapper? La transfigurer sans la trahir? »

Le dessinateur Georges Wolinski se disait stupéfait par son audace. «Ce qu’écrit Esparbec est scandaleux, sale, fascinant, angoissant, comme tout ce que nous refoulons», avait écrit Wolinski à propos d’Esparbec dans Charlie Hebdo.

Mais attention, lire Esparbec prend du temps car son style permet de voir ce qui est raconté et il vous met rapidement dans un fort état d’excitation. J’abandonne très vite le roman pour me consacrer à la jolie queue à coté de moi…

Le diable, avant St Pierre, a dû l’accueillir à bras ouverts. A lire absolument…

Laisser un commentaire

par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :