Bi ? moi ? Nooon ! Quoique…

Il ne faut jamais dire  » fontaine je ne boirai pas de ton eau »

J’ai, au fil de mon parcours, fait des rencontres sexuelles, sensuelles, amicales toutes aussi riches les unes que les autres et lorsque la fameuse alchimie pointe le bout de son nez je me dois de coucher ces quelques lignes, surtout lorsque c’est avec une femme…

Tout a commencé par des échanges avec un admirateur de mes écrits autour de la littérature érotique et très vite un diner a été planifié. La soirée a été à la hauteur de l’élégance et du charme de mon hôte. Ce feeling naissant nous a donné envie de nous rencontrer avec nos partenaires privilégiés. Quelques jours plus tard, nous nous sommes retrouvés, tous les quatre, le temps d’une soirée lors de laquelle m’a été présenté une jeune femme pétillante, belle et voluptueuse avec laquelle j’ai immédiatement accroché et que je vais appeler E. Nous avons partagé des rires, des baisers, des caresses, des cris, des coups de fouet et de martinets donnés par nos jolis démons alors que nous étions attachées sur la Croix. Nos corps se sont frôlés, collés, nos langues se sont goûtées , nos seins pressés, nos lèvres se sont effleurées puis dévorées.

J’ai, au cours de soirées, trouvé agréable d’enlacer, d’embrasser, de caresser ou de me laisser caresser par des femmes voire de me faire lécher par certaines mais je ne me considère pas comme bisexuelle. Mais ce soir là, il y a eu une vraie alchimie entre nous quatre et lors d’un moment plein de sensualité, mon démon m’a demandé de doigter E. alors que mes seins se pressaient contre sa croupe et qu’il me doigtait. Nos corps ondulaient au rythme de nos gémissements, sur la même vague… J’ai pris beaucoup de plaisir à lui donner du plaisir. Par la suite nous nous sommes revus, toujours en couple. Alors que nous étions toutes les deux allongées sur le lit et que mon démon léchait E., il s’est arrêté, il m’a attrapé par la nuque et m’a dit « Lèche-la». J’adore ce type de contrainte, ça m’excite et il le sait. De moi même je n’aurais pas osé… Je me suis approchée d’elle, je n’avais jamais vu de si près le sexe d’une femme. Il était épilé, doux et sentait bon. Mes doigts ont cheminé entre ses lèvres luisantes de mouille et ma langue s’y est glissée. Le goût était un peu salé et je l’ai léchée. « Tu aimes » ? m’a murmuré mon démon. Cela ne m’a pas déplu du tout. J’ai aimé la sentir trempée sous mes doigts, frémir, gémir, son bouton se contracter sous ma langue…

Laisser un commentaire

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :