Pas trop difficile de vivre seule ?

Depuis ma séparation j’entends régulièrement cette question de la part d’amies, d’amants ou de ma famille. Question légitime, car en y réfléchissant, depuis ma naissance, je n’ai jamais vécu seule : d’abord avec mes parents, puis avec le père de mon fils ainé et puis mon ex-mari. Jamais seule ! sauf pendant les deux mois du premier confinement, période pendant laquelle je n’ai jamais été aussi créative et indépendante.

La vie à deux reste bel et bien la norme et le couple tient une place centrale dans les images sociales : pour être heureux, il faut vivre à deux. Si on est seul on est forcément malheureux.

Ma vie de célibataire, je l’ai choisie. Pourtant j’ai toujours dit et pensé que je n’arriverais jamais à vivre seule et que je choisirais la colocation si un jour la situation se présentait. Finalement ce besoin de me prendre en main m’a poussée à prendre un appartement seule et je me suis découvert des supers pouvoirs.

Ce n’est pas tous les jours facile bien sûr surtout lorsqu’on a eu une « journée de merde », mais mes amoureux et mes copines sont présents et Netflix est mon meilleur ami !.

Les week-ends au début étaient difficiles également car du fait du confinement les sorties en club ou en soirées ont ralenti et puis les amis vous oublient du fait de votre statut de femme seule. Alors aujourd’hui je me programme des week-end « découverte d’un libertin », une sorte de tourisme sexuel qui m’a menée dans la Drôme, à Brie Comte Robert et à Orléans prochainement; et je n’attends pas que mes ami(es) m’appellent, je m’impose et je vais dormir chez eux. Régulièrement, je descends à Marseille faire le plein de bisous et de rires chez mes copines et dévaliser la boutique Lova pink. Et mes diverses rencontres m’offrent des aventures autour de la photo, de la danse, de l’écriture qui m’occupent beaucoup…

Aujourd’hui j’ai mis fin à mon rôle « domestique », j’ai retrouvé mon autonomie de décision et financière. Je suis libre de décider, d’agir sans contraintes, de faire ce que je veux avec qui je veux, de préparer à diner ou pas :)). Je n’ai plus à me justifier. Je vis dans l’instant et je profite de chaque instant. Je suis devenue la priorité de ma propre vie et je fourmille de projets. (Pour ceux qui me connaissent, soyez rassurés je m’occupe encore de mes fils:))

Je ne suis finalement pas très souvent chez moi et lorsque j’y suis, j’apprécie ma solitude. Dans le futur, je n’exclus pas l’idée de revivre en couple mais la forme de couple non cohabitant aura ma préférence et avec un libertin, de cela j’en suis sûre. A suivre…

Le problème est que nous cherchons quelqu’un pour vieillir ensemble, alors que le secret est de trouver quelqu’un avec qui rester enfant.

Charles Bukowski

Un commentaire sur “Pas trop difficile de vivre seule ?

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :