Valia l’infirmière

La situation actuelle fait que je sors beaucoup moins mais rassurez vous je fais encore ma vilaine…parfois…

Aujourd’hui je vais donc vous raconter les aventures de Valia l’infirmière ( c’est moi pour ceux qui suivent!) L’occasion pour moi de mettre ma jolie robe Catanzaro.

Préambule

Madame souffre de pulsions sexuelles à toute heure, n’importe où, ce qui crée des scandales dans les lieux publiques…Son mari décide donc de la conduire chez un sexologue pervers affublé d’une non moins perverse infirmière.

Introduction

Madame arrive accompagnée de son mari, les yeux bandés. Je demande à Monsieur de patienter dans la salle d’attente alors que je fixe un collier et une laisse autour du cou de cette jolie Salope. Je la guide vers la salle de bain, lui enlève sa robe et je lui demande d’uriner dans le seau prévu à cet effet . Je lui essuie la chatte délicatement d’un gant puis je la guide de la laisse vers la salle d’auscultation. Je l’aide à grimper sur la table d’examen, je l’allonge, je lui fixe une barre de contrainte aux chevilles et des poignées en cuir aux poignets. Je l’informe que je vais prévenir le médecin.

Action

Celui ci arrive revêtu de sa blouse, son masque et ses gants chirurgicaux. Pendant que je lui décris les troubles de la patiente, il lui attache les poignets à la table d’examen. Nous commençons donc à l’ausculter: palpation des seins, pincements des tétons, sensibilité et réactivité du clitoris, doigté et inspection vaginale au speculum. Tout semble normal. Le test de la roulette de Wartenberg est concluant.

Pendant l’auscultation, le mari de la patiente en profite pour caresser mes fesses, ouvrir la fermeture éclair de ma robe, libérer mes seins et les caresser. Madame n’est pas en reste car elle me titille le téton alors que le médecin lui fourre sa queue dans la bouche . Ah oui j’ai oublié de vous préciser que le médecin est nu sous sa blouse. Pour ma part j’entreprends un fist dans la jolie chatte de la patiente. Ah coquine Valia…tu lui as mis toute la main…

Nous enchainons par le magic wand et ses délicieux accessoires, et une prise de température anale à l’aide d’un gode. La patiente réagit vigoureusement, signe d’une bonne vitalité. Nous finissons par la détacher, la descendre de la table et nous l’emmenons dans une chambre afin de poursuivre l’examen.

Le médecin allonge la patiente, lui écarte les cuisses et la lèche allègrement alors que Valia ( moi, donc) a perdu sa robe en cours de route et se retrouve nue perchée sur ses talons rouge sang. Le mari semble vouloir détourner la pauvre infirmière de ses fonctions car elle se retrouve allongée également les cuisses largement ouvertes, dans une position indécente, le mari entre ses cuisses. S’ensuivent des gémissements de la part de la gente féminine, des éclaboussures, des coups de butoirs, de la jouissance à tout va.

L’infirmière, bien dressée, remercie le mari de la patiente par une « magistrale » fellation (c’est le mari qui l’a dit, pas moi:) alors que la patiente, gourmande, est toujours entre les mains du médecin ( ou sur sa queue, je ne sais plus trop…)

Ces messieurs, reconnaissants, enchainent ensuite par un très agréable massage recto/verso sur ces deux belles Salopes.

Madame est repartie avec un joli sourire sur le visage mais toujours les yeux bandés ( attention dans l’ascenseur) et avec l’envie d’une nouvelle consultation. Valia, elle, a validé sa période d’essai et a gagné un CDD!.

Merci à Pierre (Cannondal) pour avoir illustré ce texte. Il doit sûrement regretter de ne pas avoir été présent!

Merci à la patiente et son mari pour leur implication active dans ce scénario lubrique

Merci au « médecin » de faire sortir « l’infirmière » de son placard, pour son plus grand plaisir…La joueuse s’incline…

6 commentaires sur “Valia l’infirmière

Ajouter un commentaire

  1. Quelle superbe après-midi pleine de charme et de perversions.
    La patiente fût comblée par le professionalisme et le dévouement de l’infirmière et du médecin.
    Sur le retour, Miss S fût prise d’une nouvelle crise… le cas est donc à approfondir !

Laisser un commentaire

par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :