« L’escort girl » écrit à quatre mains (partie 1)

Voici un texte écrit par deux amants. Le jeu était que chacun écrive un chapitre de l’histoire. Je vous laisse la découvrir. Elle sera en plusieurs parties car ils ont été très « bavard » pour notre plaisir.

Laurent: 1

Mercredi 12 juin… elle a un client. Un homme d’affaires, qui arrive assez tard par le train. Il lui a commandé une soirée un peu spéciale, et en tant qu’escort elle se doit de satisfaire les désirs les plus bizarres de ses clients. Mais elle le lui fera payer, cher. Elle le méprise ce pauvre type qui ne pense qu’à baiser, quelle vie de merde il a, emprisonné entre ses envies et ses capacités limitées… obligé de se payer une pute pour assouvir des fantasmes… triste tout ça. Elle le rejoint, et maintenant qu’elle a pris un peu confiance en elle, elle ne lui lâchera pas un sourire, elle vient pour bosser, prendre son fric et se barrer. Elle est venue avec ses accessoires: Monsieur veut qu’on joue avec lui, il va en prendre plein le cul… elle a même emmené le plus gros de ses godes, comme un défi… il va en avoir pour son argent le pauvre…

Camille : 2

Elle arrive à l’hôtel à 22h30 comme prévu, elle est habillée comme il le lui a demandé : porte-jartelle, bas noirs, talons aiguilles, soutien gorge et mini jupe vinyle, évidemment pas de culotte et par dessus un grand manteau. Un vrai déguisement de pute… Tout ce qu’il aime… Tout ce qu’elle déteste, ça lui rappelle trop son statut.
Elle se trouve devant la suite 205, son cœur bat très vite, elle voudrait s’enfuir, aller se blottir dans les bras de sa mère, y trouver du réconfort mais elle ne peut pas faire machine arrière, elle sait que si ce soir elle assure, la moitié de son loyer du mois de juin est dans sa poche.
La porte est entre ouverte, comme à chaque fois. Elle la pousse et se retrouve dans un salon. Elle avance dans la chambre et entend la douche couler… Au moins il sera propre… pas comme la dernière fois qu’elle l’a vu, il sortait d’un séminaire et l’a baisée directement, il sentait le vin et la sueur, elle se souvient très bien de son dégoût lorsqu’elle s’est retrouvée à genoux, qu’il a baissé sa braguette et qu’elle l’a sucé, cette odeur qui émanait de ses parties… Elle est une pute, elle doit tout encaisser mais ce soir se sera différent…
Elle enlève son manteau puis ouvre son grand sac à main. Elle en sort plusieurs jouets, d’habitude ils sont pour elle mais pas ce soir… Elle dépose en premier sur le lit le coffret de plug, 3 tailles, elle rêve de lui enfoncer le plus gros, il serait si ridicule avec cette pierre précieuse étincelant au milieu de son gros cul poilu.
Elle sort ensuite un petit martinet, elle l’aime bien il est facile à prendre en main et ne laisse pas de marque. Puis elle prend un gode rose de petite taille, il est doux, en silicone, parfait pour commencer à lui élargir l’anus.
Enfin, avec un sourire non dissimulé elle sort de son sac un gode de très grosse taille, il est lourd, elle n’arrive même pas à en faire le tour entre son pouce et son index… Il va adorer… Elle compte bien lui enfoncer jusqu’à la garde, il va comprendre ce que c’est de se prendre un gros calibre dans le cul et quel plaisir il en découle.
À ce moment là elle sort de ses pensées et réalise que l’eau ne coule plus…

Laurent: 3

Il ne l’a pas entendu entrer, tout occupé qu’il est à nettoyer son derrière… C’est un dominant, un vrai, un joueur incroyable, des fois un peu maladroit mais tellement sincère. Il aime le lâcher prise des femmes, il vénère cette audace que les hommes n’ont jamais, même les plus sûrs d’eux, même les plus alphas des mâles… mais ce soir ca va être différent. Ce soir il ne veut plus tenir des cheveux, planter son regard noir dans les yeux de ses conquêtes en leur susurrant des mots crus à l’oreille… ce soir il veut s’offrir, pour une fois, lâcher prise et ne rien décider. Il l’a choisie, cette pute, car il sait que ça l’excite elle aussi, que ça la sort de son train-train de vide couilles qu’elle est, et que de toute façon elle n’a rien à dire puisqu’il paye. Quand il voit cet attirail sur le lit, il alterne entre effroi et excitation… la dernière fois qu’il a vu cette traînée, ça ne s’est pas bien fini, et elle lui a fait la grève du sexe… ça explique son regard froid. Elle ne lui fait pas un sourire et lui décoche un « où est l’enveloppe? » glacial. Pendant qu’elle compte les billets, elle exige qu’il se mette nu sur le lit. Et pour ne pas voir sa gueule de con, elle lui a demandé d’amener un masque pour les yeux et de l’enfiler. Il est là, à sa merci, il lui fait pitié mais bizarrement, envie aussi…

Camille : 4

Ils ont toute la nuit devant eux…
Ce soir c’est elle qui décide, du coup elle se déshabille complètement, elle veut être à l’aise et ôte ses vêtements de pute vulgaire. Elle a besoin de restaurer son ego, elle le ramasse à la petite cuillère depuis la dernière fois qu’elle l’a vu… Il l’a si mal traitée… Il est tout ce qu’elle déteste chez ses clients, ils sont si égoïstes, ils ne pensent qu’à leur plaisir, qu’elle les suce et leur grimpe dessus… Elle voudrait un peu de respect mais elle n’est qu’une pute… Elle le sait bien… Il va payer cher…
Maintenant elle est nue et lui aussi, nu, allongé sur le dos, les yeux bandés. Elle attache ses cheveux et met de la musique : The hills par The weeknd, en boucle.
Elle respire un grand coup et se lance, elle lui attache les mains avec une cravate au dessus de la tête, il se laisse faire, aucun des deux ne parlent, ils n’ont rien à se dire.
Elle sait qu’il n’attend qu’une chose qu’elle le suce… Trop facile… Il va devoir mériter sa fellation, sa sodomie. Elle se met à califourchon sur son visage, maintenant il va bosser…
Il a compris et sort sa langue, la lèche avec application, elle n’en revient pas, ça l’excite, elle mouille beaucoup…
Elle ne veut pas mais ne peut se contenir et halète de plus en plus fort… Elle se laisse aller, se frotte contre lui, sa mouille qui lui inonde le visage, son bassin entame des mouvements saccadés quand soudain, rapidement, alors qu’elle ne s’y attend pas, une vague de plaisir la transperce jusqu’à son clitoris, c’est une jouissance rapide, pas très puissante. Maintenant elle se sent mieux, plus détendue.
Elle le laisse, la bouche et le visage trempés de mouille et se décide à s’occuper de son anus.
Elle se place entre ses jambes, les écartent et les redressent. Sa queue est molle pour le moment et elle ne compte pas s’en occuper tout de suite.
Elle soulève ses couilles délicatement et lèche son périnée. Elle ne veut pas mais elle aime ça… Sa langue glisse vers son anus, elle le lèche vigoureusement, y enfonce la pointe profondément, avec ses mains elle écarte ses fesses pour se glisser plus loin encore. C’est si bon…
Il aime ce qu’elle lui fait, sa queue se redresse lentement, sa respiration s’accélère…

3 commentaires sur “« L’escort girl » écrit à quatre mains (partie 1)

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :