« L’escort girl » écrit à quatre mains (partie 2)

Nous retrouvons notre escort et son client qui passent aux choses sérieuses, vous allez voir…

Laurent : 5

En tant normal il aurait à ce moment-là pris ses cheveux dans ses mains, lui aurait demandé de sortir sa langue, et, tenant sa nuque fermement, lui aurait enfoncé sa queue gonflée de désir au fond de sa gorge… elle aurait gémi de plaisir, cette salope, elle aime tant les bites… mais là, prisonnier de cette cravate qui lui attache les mains et volontairement soumis à ses vices, il la laisse dérouler ce pourquoi il a payé…se laisser faire, ne penser à rien d’autre qu’au scenario transgressif qu’elle lui a préparé. Il aime tant planter ses yeux dans son regard dégoulinant d’envie, la sentir déchaînée à l’idée de sentir sa queue lui fouiller tous ses orifices, mais ce n’est pas le but ce soir-là… ce soir elle jouira différemment, elle aura l’orgasme du vice, le plus cérébral qui soit. Son sexe est gonflé comme rarement. Une goutte perle sur son gland pendant qu’elle s’occupe de ses couilles et de son cul… elle aperçoit cette goutte de plaisir qui s’échappe. En temps normal, elle aurait approché sa langue de cette queue et aurait dégusté ce prémice de foutre, mais, irrationnellement, ce soir, elle prend cette goutte au bout de son doigt et la lui porte à la bouche en lui disant « lèche mes doigts, petit vicieux ». Il aime, elle a compris ce qu’il attend d’elle: décider, lui faire comprendre qu’elle est devenue une vraie salope, et, sans se le dire,  lui faire comprendre que c’est un peu beaucoup grâce à lui qu’elle a bien évolué dans cette jungle de vices qu’est devenu son esprit de chienne.

( Putain je bande )

Camille : 6

Maintenant fini de jouer, on attaque les choses sérieuses… Elle lui demande de se retourner, de se mettre à quatre pattes, il a toujours les mains attachées et les yeux bandés. Elle veut qu’il soit dans cette position qu’aiment tant les hommes, pas besoin de voir son visage, il offre à sa vue toute son intimité, une vue abjecte : son orifice, ses couilles qui pendent… Soudain elle lui claque violemment une fesse, il pousse un cri de surprise, une jolie marque rouge apparaît… Elle est fière, il l’a méritée et ce n’est pas fini, cela ne fait que commencer…
Elle se place derrière lui et lui appuie sur le haut du dos pour qu’il se cambre, elle veut profiter au maximum de son cul. Il a comprit et s’exécute. Elle recommence à le lécher, cette fois ci elle peut bien passer sa langue sur son orifice interdit, le pénétrer avec la pointe, elle sent son orifice qui commence à se détendre et contre toute attente c’est très excitant pour elle. Elle y introduit un doigt et tout en continuant à le lécher ardemment, le doigte sans ménagement… C’est ce qu’il veut ? Il va en avoir pour son argent…
De l’autre main elle attrape le coffret de plugs et prend le plus petit en main… Elle va lui dilater son cul de pervers avec grand plaisir !
Elle se l’enfonce dans la chatte, elle ne sent pas grand chose, il est petit, elle se demande si elle n’est pas trop gentille avec lui, il mériterait le plus gros directement.
Elle le ressort trempé et bien lubrifié et lui enfonce sans aucune douceur dans son anus, il entre facilement. Il pousse un cri de plaisir…
Elle s’adresse à lui pour la première fois de la soirée : « tu n’es qu’une salope et je vais baiser ton cul toute la soirée  » et elle lui claque à nouveau violemment la même fesse.
Elle attrape le plug et lui retire brutalement, pourtant elle sait que ça fait aussi mal que lors de l’introduction, il pousse un cri de douleur… et pourtant ce n’est rien à côté de ce qui l’attend.

A présent elle prend le plug de moyenne taille et lui colle devant la bouche  » je te conseille de bien le mouiller parce que je ne compte pas le lubrifier », elle lui pince le nez, il ouvre la bouche et elle y enfourne le plug. Elle le tourne dans tous les sens et lui le suce comme il peut, le lèche, salive beaucoup. Elle lui relâche le nez et ôte le plug de sa bouche, un filet de bave les relit tous les deux, elle l’aspire avec délectation.
À présent, toute pute qu’elle est, elle est très excitée…
Elle présente le plug devant l’anus de son client, le pose contre son orifice et commence à l’enfoncer doucement, il se dilate à merveille, le client gémit, elle se sent maître de la situation, elle tient les rênes de la soirée, ce soir c’est elle qui a le pouvoir…

Laurent : 7

Il a mal mais il sourit… elle l’étonne par sa détermination, cette belle salope qui joue son rôle à merveille. Il sourie à l’idée qu’elle aime trop se faire défoncer pour ne pas prendre cher en fin de soirée… il sourie parce qu’elle sait que l’intensité qu’elle met à l’humilier sera proportionnelle à l’intensité qu’il mettra à la corriger, ensuite, plus tard, ce soir-là ou un autre soir. Il aime ce qu’elle lui fait, il aime l’imaginer la langue pendue en train de lui lécher le cul, il aime ce qu’elle lui rentre dans les fesses, il aime cette situation inédite. Elle est la première à vraiment jouer avec son cul, à le dominer… et il souri à l’idée qu’entre eux, irrémédiablement, il y a quelque chose de particulier, un rapport initiateur-initiée, et vice versa… il se force à ne pas se retourner, et pourtant il en a une envie folle… lui tenir la nuque, lui demander d’ouvrir grand sa bouche et lui cracher au fond de sa gorge… mais il est à sa merci

Camille : 8

Et puis les souvenirs de leur dernière entrevue lui reviennent en masse, sa gorge se noue, son pouls s’accélère, ses lèvres se pincent… Elle le déteste, comment a-t-il pu se jouer d’elle à se point ? Lui raconter autant de sornettes ? Et elle ? Comment a-t-elle pu le croire ? Une fois de plus elle a été naïve, premier degré, mais la nature humaine est comme ça, il y a les dominants et les dominés, les clients et les putes, les maîtres et les soumises…
Elle se sent stupide, trahie, humiliée…. Plus jamais elle ne s’offrira de la sorte à un client, plus jamais elle lui dira de ne pas la payer parce qu’elle prend autant de plaisir que lui à leur rendez-vous. Dorénavant elle ne s’offrira plus ainsi, les jambes écartées, transit de désir, elle fera sa connasse de princesse qui hésite à venir au rendez vous… finalement c’est ce que les hommes préfèrent… Un peu de difficultés pour la baiser, c’est excitant, elle a compris la leçon, elle était trop offerte, pas besoin de faire d’effort pour l’avoir dans son lit, prête à toutes les audaces et le tout gratuitement… La plus idiote des putes… Il aurait eut tord de s’en priver…

Elle enfonce le plug dans son cul fermement, avec de la haine, elle n’aurait pas du repenser à tout ça…
Il va prendre cher, il le sent, il le sait…
Elle lui ordonne de ne pas bouger et prend le martinet dans sa main. Celle-ci se dresse vers le plafond puis se rabat rapidement sur ses fesses, le premier coup claque… Il raisonne, le bruit est impressionnant mais finalement pas si douloureux. Le client tortille son cul rempli par le plug mais elle lui réitère son ordre et fait à nouveau claquer le martinet sur son postérieur.
Ce n’était pas prévu mais il aime cette initiative qu’elle prend, il sait bien qu’elle en a besoin, c’est un exutoire pour exorciser ses démons, elle est une pute et en voit de toutes les couleurs, aujourd’hui elle peut enfin prendre sa revanche. Il pourrait évidemment se retourner et même avec les mains nouées la maîtriser mais il la laisse faire… Au fond il sait bien qu’il le mérite…
Elle le fouette ainsi plusieurs fois avec rage et son cul est maintenant bien rouge. Mais elle commence à fatiguer…
Elle arrête, jette le martinet à l’autre bout de la pièce et s’allonge sur le lit à côté de lui, haletante…
Au bout de quelques minutes, sa respiration se ralentie. Lui n’a pas bougé, il attend sagement qu’elle se calme.
Elle se tourne vers lui, lui caresse les cheveux, lui ôte son bandeau des yeux et le regarde intensément : « Il est temps que je t’encule… « 

A suivre…

Laisser un commentaire

par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :