La nuit sera longue by Ostyx

Je mets à partir d’aujourd’hui les hommes à l’honneur et je commence avec le récit envoyé par Ostyx. Il a gentiment accepté de se dévoiler pour nous. C’est bon ces hommes qui osent…

Certains échanges rendent les rencontres évidentes, d’autres vous envoient vers l’inconnu…Lorsqu’elle arrive chez lui il ne sait pas à quoi s’attendre… et pourtant à peine 30 minutes plus tard il l’entend soupirer, sa tête entre ses cuisses ouvertes…
Dès son entrée il l’avait dévoré des yeux, et leur brève présentation et discussion avait rapidement fait place au rapprochement de leurs corps. Ils se goutaient des yeux, l’envie était perceptible, palpable… un regard, une caresse, un baiser… elle se révélait à lui naturellement sexy, désirable et brûlante de son corps de braise qui semblait l’appeler.
Olivier s’agenouille face à elle, sa bouche ne décollant de la sienne que pour parcourir son décolleté plongeant, suggérant une poitrine généreuse et ferme. D’elle-même, elle la dégage de son chemisier et de ses sous-vêtements afin de l’offrir à sa bouche. Elle se tend d’excitation lorsque, tout en continuant de lécher et suçoter ses tétons durcis d’excitation, il remonte les mains le long de ses cuisses pour s’immiscer sous sa courte robe. Coquine et joueuse, c’est sans culotte qu’elle s’était présentée chez cet inconnu qu’elle ne connaissait virtuellement que depuis peu… mais le désir de le surprendre et de l’exciter était déjà présent bien avant son arrivée chez lui. À cette découverte leurs regards se croisent, son sourire entendu lui signifie quelle a vu juste, qu’il apprécie. Quelques mouvements de bassin pour l’aider à remonter sa robe et la voilà cuisses ouvertes lui offrant son sexe déjà humide.. il a le regard gourmand, observe cette fente qui l’appelle, il s’en approche, en lèche les pourtours du bout de sa langue, puis effleure son clitoris durcit de désir…elle sursaute, excitée,  soulagée d’enfin le sentir en cet endroit sensible. Doucement mais goulûment, il lèche à n’en plus finir sa chatte délicate, la sent fermer ses yeux lorsqu’il glisse sur son anus .. en se caressant la poitrine elle soupire du plaisir de le sentir se délecter de ses intimités. Un doigt, puis deux glissés en elle la font haleter de plus belle.. elle le sent doux, profond, appliqué au plaisir qu’il lui donne. « Encore  » soupire t’elle… « encore… »Elle est brûlante, s’est donnée à lui, et entend maintenant se l’approprier à son tour. Patricia se redresse, ses mains cherchent son ceinturon, elle sent au travers de ses caresses son membre se durcir sous son pantalon… le ceinturon s’ouvre, les boutons également, et sa main plonge à la découverte de ce sexe dont elle a tant imaginé l’épaisseur. Regards complices et amusés, lui aussi est nu en dessous. Elle empoigne son sexe chaud à pleine main pour le sortir de sa tanière, le branle délicatement et rapidement le porte à sa bouche. Sa large queue emplit divinement sa bouche. Elle le suce doucement puis lèche son gland en levant les yeux pour croiser son regard satisfait. Elle le parcours de sa langue habile, de ses mains curieuses.. lèche et caresse ses couilles, sa bouche remontant le long de son sexe tendu pour l’engouffrer à nouveau.
Lui il observe, caresse son visage, ses cheveux, les empoigne finalement et dans le même temps glisse une main sous son menton. Il lui demande de poser ses mains sur ses genoux, de rester immobile… elle s’exécute, puis sa tête ainsi entravée, il entreprend un va et vient afin de baiser sa bouche. Il observe sa queue glisser entre ses lèvres, en ressortir trempée tandis que, les yeux levés sur lui, elle ressent son regard lubrique. Elle semble lui appartenir, soumise à sa volonté d’en faire sa salope ce qui, l’un comme l’autre, les excite profondément.
Il met fin à sa pénétration en se penchant pour l’embrasser, et toujours en maintenant ses cheveux la dirige pour la redresser afin qu’elle se tourne dos à lui, l’agenouille sur la banquette pour qu’elle lui offre sa croupe. Elle se laisse mener, et une fois la, en sentant sa queue tendue derrière elle, commence par ses mouvements de bassin, à la caresser entre ses fesses.-Ca t’excite de me sentir comme ça et de me présenter ton cul ? – oui, j’adore ça, ça m’excite.
Il crache sur sa queue gonflée pour rendre le glissement plus agréable encore, tout en saisissant de ses mains puissantes ce magnifique cul qui s’agite sous ses yeux. Il accentue la pression, elle comprend quelle doit s’immobiliser. Elle reste ainsi le cul tendu, sentant son regard lui brûler la croupe, dans l’attente de sa décision. Ses mains relâchent leur étreinte tandis qu’elle reste immobile, glissent à l’intérieur de ses cuisses pour remonter fermement le long de ses fesses et la cambrer plus encore. Elle ferme les yeux, elle sait, elle attend… et son attente ne fut pas longue puisque elle sent rapidement sa queue tendue s’immiscer en elle, doucement, la remplissant un peu plus à chaque centimètre. C’est maintenant toute entière qu’elle le sent combler sont antre humide.. dilatée d’excitation pour la prendre tout en elle, au plus profond. Le va-et-vient est délicat, puis devient plus rude alors qu’il passe une de ses mains sur son cou et l’autre sur sa chevelure pour la cambrer plus encore, la sentir plus animale… il la contraint, et la pilonne désormais puissamment, le bruit de ses hanches claquant contre ses fesses qui commencent à rougir, se mêlant au cris de plaisir de la belle sauvageonne.
Leur corps sont en feu, ils s’agitent, transpirent, surchauffent..
-baise moi.. baise moi fort !!
Il accentue son mouvement, plus profond encore, plus fort..ne lâche son cou que pour lui assener de violentes gifles sur son cul rougit. Elle aime, entre douleur et plaisir, entre sexe et perversité, le sentir la baiser comme une chienne, être sa chose… sa salope. »Oui, j’aime ça  » réponds elle lorsqu’il lui demande si ça lui plaît. La sauvagerie de l’instant est belle, et se laisser aller ainsi à un lâcher prise si spontané les transporte bien plus loin qu’ils ne l’auraient imaginer pour une première rencontre.
Lorsqu’il jouit en elle, régalant de son foutre brûlant sa bouche gourmande, les râles et les soubresauts qui s’emparent de lui témoignent de l’intensité de leurs ébats. Elle le regarde redescendre et s’apaiser en avalant son jus…dans sa bouche elle sent ce sexe qui vient de la combler s’apaiser également.. elle prend plaisir à le voir ainsi, à lui avoir donné un tel orgasme.. sa bouche encore maculée de sperme, contrastant avec son regard angélique fixé sur lui… un appel à la tendresse auquel il répond en l’embrassant doucement, puis à pleine bouche mais délicatement pour la remercier avec douceur de s’être ainsi offerte à lui sans pudeur, entièrement.
Blottis l’un contre l’autre, leur corps entremêlés se joignent, se câlinent entre baisers et caresses.. à peine le calme revenu qu’ils sentent déjà à ce doux contact entre eux l’envie qui les prends à nouveau.. ils savent à cet instant que la nuit sera longue…

2 commentaires sur “La nuit sera longue by Ostyx

Ajouter un commentaire

  1. Merci de m’avoir ouvert ce champ d’expression.. et ravi d’avoir pu m’immiscer ainsi en ton divin royaume🥰

  2. Bravo pour ce récit très excitant qui n est pas sans me rappeler certains de mes ébats. Il est rare que les hommes prennent la plume et c est bien dommage, ce texte en est bien la preuve 😉

Laisser un commentaire

par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :