« L’escort girl » écrit à quatre mains (partie 5)

Laurent : 17

Quel plaisir incroyable de la sentir jouir au dessus de lui… elle ne lui a pas touché la queue cette salope, il s’y attendait pourtant… elle a voulu jouer la domina jusqu’au bout, et elle l’a fait avec brio, elle en a même joui magistralement. Mais elle sait maintenant à quoi s’attendre. Son orgasme l’a rendue vulnérable, et il sait qu’il faut qu’il s’engouffre dans la faille. Il enlève ce gode de sa bouche et la fait basculer sans ménagement sur le lit. Elle gémit encore, dégoulinante de plaisir, comme une chatte sans défense. Il lui jette un regard noir, elle le fixe droit dans les yeux, comme une victime qui attend le châtiment. « Tu es vraiment la plus dépravée des putes que j’ai pu baiser, lui cria t’il en lui enfonçant sans autre préliminaire deux doigts dans sa chatte. Elle est bouillante et humide, sa chatte, et elle va dégouliner comme jamais. Il la branle avec une rudesse inédite, pendant qu’elle hurle, l’œil presque effrayé par tant de vigueur. L’humiliation qu’elle lui a fait subir remonte dans son esprit, et sa mâchoire se crispe à l’idée de sa vengeance à venir…

Camille : 18

Mais nooooonnnn… La pute ne s’y attendait pas ! Il l’a pris par surprise et maintenant c’est lui qui a le dessus. Elle est entièrement à sa merci. Elle réfléchi rapidement pour se sortir de cette mauvaise passe, 1000 idées traversent son esprit. Elle était persuadée qu’il la laisserai aller jusqu’au bout, c’est le deal ! Il ne peut en être autrement elle le sait, il le sait, c’est ce soir ou jamais… Il va devoir se calmer s’il veut qu’elle l’encule pour enfin accéder à cet orgasme ultime qu’il espère depuis si longtemps.
Il est un vrai mâle dominant, l’humiliation a été trop violente pour lui, sa vraie nature a repris le dessus….et c’est ce qu’elle aime chez lui, quelque part elle n’attend que ça qu’il continue, qu’il la maltraite à son tour, la soumette à ses déviances les plus perverses…Mais pas ce soir…
Elle le regarde droit dans les yeux et elle lit dans ses pensées, elle le connait si bien ce grand manipulateur, elle sait exactement ce qu’il est en train de penser : »Il veut m’énerver, que je le déteste, il va me faire les pires choses que son esprit tordu puisse imaginer pour me faire du mal et que je le haïsse… Pourquoi ? Pour que je le baise avec fougue, avec violence, avec frénésie, pour que je lui démonte son cul, que j’y mette toute ma rage c’est ce qu’il veut, il me l’a déjà dit… »
Elle décide donc de le prendre à son propre jeu, elle joue le tout pour le tout, soit ça passe soit elle va prendre cher…
Elle s’adresse à lui en ces termes : »Écoute moi sale petite chienne perverse ! Tu veux que je te baise avec le gode ? Si tu continues comme ça je vais t’enculer en te faisant l’amour, baiser ton cul doucement, langoureusement, sensuellement en t’embrassant sur les lèvres, dans le cou… Je vais te prendre comme une jeune vierge timide et énamourée le soir de sa nuit de noce ! C’est ce que tu veux ?
Tu sais très bien que c’est ce soir ou jamais! alors enlève tes doigts de ma chatte si tu veux prendre cher sinon je ne te donne pas ce que tu attends de moi ! « 

Laurent : 19

Decidement cette petite chienne va le surprendre jusqu’au bout… elle veut jouer, elle veut prendre son rôle au sérieux, alors OK, il décide de l’écouter, d’obéir, et finalement de tester sa détermination.
« Tu ne saisis pas ta chance de pouvoir te laisser faire, te laisser baiser comme une pute que tu es, tu veux vraiment m’humilier et abuser de moi ! Je l’accepte, par contre il va falloir que tu me défonces et me maltraites comme tu ne peux même pas imaginer, je ne vais pas m’offrir à la 1ere traînée venue qui n’y va qu’à moitié » A cet instant, quand il prononce ces paroles, il lit dans son regard qu’elle est déterminée, et qu’il va passer un excellent moment à sa merci

Camille : 20

Ouf ! Il a comprit ! Le job c’est de l’enculer mais il n’a pas donné de consignes sur la manière de le faire… Elle a su trouver le bon argument ! Maintenant il est obligé de se soumettre s’il ne veut pas se dédire.
Elle descend du lit, se met face à lui et lui détache les mains.
« Tu es un vilain garçon désobéissant ! Je n’accepte pas un tel comportement ! Je vais te donner une punition et trouver un moyen de te faire pardonner… alors pour commencer tu vas aller au coin, les mains sur la tête, accroupi, tes coudes posés sur tes genoux… Je veux que tu te mettes d’une manière où je vois le bijou que tu as dans le cul ! « 
L’homme d’affaire la déteste cette petite pute, mais il n’a d’autre choix que de s’exécuter, il n’en revient pas il est au piquet, face au mur dans la position qu’elle lui a demandé…
Finalement il aurait peut être dû la baiser ne serait-ce que pour évacuer toutes les tensions qu’il a en lui, elle le fait trop languir cette salope, il n’en peut plus, elle joue avec ses nerfs mais elle le fait si bien…
« Tu m’as doigtée si violemment que tu m’as donné envie de pisser alors je vais aller aux toilettes pendant que tu subis ta punition et n’essaies pas de bouger je garde la porte ouverte pour te surveiller ! « 
Il entend derrière lui cette traînée qui ouvre la porte des toilettes et urine, il entend le flot qui coule dans l’eau, c’est idiot… mais ça l’excite !
« Ta punition est levée, tu peux te retourner et venir vers moi à quatre pattes en tirant la langue comme la jolie petite chienne que tu es ! »
Hummm… Quel plaisir elle prend à lui parler de la sorte, d’habitude c’est elle qui se fait traiter de chienne, elle commence à comprendre le comportement de certains clients avec elle.
Lorsqu’il est face à elle, la pute se lève des toilettes, pose un pied sur la cuvette, une goutte d’urine ruisselle le long de sa cuisse…
Elle ne dit rien, ils se regardent, il a compris, il aspire cette goutte et lèche en remontant sa jambe jusqu’à sa chatte qu’il nettoie méticuleusement. Elle gémit en sentant sa langue la récurer, il fait ça avec une telle application pour plaire à sa maîtresse.
Il a été un bon petit chien, elle lui a pardonné, elle va même le récompenser !

Un grand merci à Lady G. et son soumis pour leur illustration. Je vous embrasse

Laisser un commentaire

par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :