La Sweet Expérience by Pokaline

Je suis allée vendredi soir, au Sweet paradise , accompagnée de mes amis les Pokaline et IIetvous, assister à la recherche de « La clef du paradis » sensuellement orchestrée par quatre jeunes femmes. Un peu flemmarde, j’ai laissé le soin à celui qui me prodigue des cuni de la mort d’en faire le récit que j’ai un peu complété:)). C’est à toi Karim…

Nous sommes allés vivre cette expérience, avec une vingtaine de spectateurs, au petit théâtre le Sweet Paradise, bar à fantasmes composé d’une salle réservée au spectacle et d’un bar pour boire un verre et découvrir des objets érotiques dont un mur de culottes portées il est situé dans le 2ème arrondissement de Paris, 12 rue Marie Stuart.

Sweet Experience propose un spectacle « À la recherche de l’orgasme perdu », immersif et surtout interactif. Il est décliné en deux représentations « La clef du paradis » et « Le plus beau jour » selon les jours de la semaine.

Vendredi, au programme c’est « La clef du paradis » que quatre jeunes femmes ont perdue et qui ne peuvent plus avoir d’orgasmes. Elles supplient le public de les aider à retrouver le fameux sésame.

Valia nous fait part de leurs détresses. Les pauvres…vous connaissez notre grandeur d’âme, pouvons-nous les laisser comme cela, vides et malheureuses, comme Austin Powers sans son Mojo perdu??.

Nous voici donc partis avec nos amies libertines Valia et Ysabelle pour soutenir, mesdames les sweeties nommées Artemia, Cali, Dona et Madame Jun, dans la quête du Saint Graal.

Pour les assister, nous nous sommes équipés d’un bracelet rouge, indiquant que nous sommes prêts à toutes les perversités pour qu’elles retrouvent l’orgasme. Un autre spectateur a également choisi de porter un bracelet rouge: nous l’appellerons Jojo le pervers car il ressemble énormément à Didier Bourdon dans Tournez Ménages. Ça y est, vous avez l’image ?

D’autres, plus réservés, mais souhaitant quand même participer, ont choisi un bracelet jaune. Les spectateurs les plus timorés porte un bleu. Chacun choisit donc son degré d’interaction dès son arrivée.

Une série de saynètes nous laissent découvrir nos quatre actrices, en tenues sexy ou d’Eve, à plusieurs ou seule, rechercher l’orgasme en mimant des scènes saphiques ou de masturbation. Jojo est figé, un petit filet de bave coule.

Les plaisirs répétés n’arrivent pas à leur procurer la vraie jouissance, elles sont en plein désarroi. Elles tentent bien de déshabiller trois hommes en bracelets rouges, mais rien n’y fait. Notre Jojo se retrouve sur scène en caleçon « douteux », Valia, face à lui, en reste perplexe…Mais aucune jouissance à l’horizon pour nos pauvres sweeties.

Une autre piste se présente enfin: faire monter le désir en laissant nos sens prendre le contrôle. Six personnes sont ainsi invitées sur la scène. Les yeux bandés, elles doivent découvrir le corps de l’autre sous les directives d’Artemia. Caroline se trouve, sans le savoir, en face d’une très jolie blonde. Après quelques timides caresses…

Non pas la langue, pas tout de suite !

Trop tard, les deux coquines commencent à se rouler des pelles, et les mains vagabondent gaiement sur les parties les plus intimes…Jojo le pervers est rouge, au bord de l’implosion. Il en oublie d’ouvrir ses yeux:))

Nous tairons comment elles ont enfin retrouvé l’orgasme perdu grâce aux spectateurs et tout le monde applaudi gaiement. Valia, quelque peu frustrée de n’avoir pas assez interagi (vous connaissez son « petit » coté exhib:)), se jette sur moi, en dégageant sa belle poitrine à la vue de tous et mimant une chevauchée orgasmique… Les sweeties rient de bon cœur, et le pauvre Jojo qui n’en demandait pas tant fini de se liquéfier.

Notre avis sur la soirée : des filles sympas et rigolotes, une histoire et des jeux un peu coquins qui feront peut-être frémir les « Moldus », mais pas des libertins comme nous.

Merci encore à toi Valia, de nous avoir proposé cette soirée …On se retrouve au Cabaret secret le 1er octobre

Spectacle érotique interactif Sweet Experience | Sweet Paradise (sweetparadiseparis.com)

Laisser un commentaire

par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :