« Le vivre avec vous » by S. épisode 3

Je pense que maintenant vous connaissez S., cet inconnu qui m’envoie des mails depuis quelques mois. Si vous n’avez pas lu les deux premières parties de son récit, vous pouvez vous rattraper « Le vivre avec vous… » by S. et « Le vivre avec vous » la suite by S.. Voici aujourd’hui son troisième opus, toujours excitant et troublant au demeurant que je me suis amusée à illustrer de mes photos. C’est un honneur d’être l’inspiratrice d’un si joli texte S..

Merci au joli Actarus78000 d’avoir joué l’amant ( nous ne nous sommes pas trop forcés!:))) et aux photographes pour ces très jolies photos prises sur le vif @Migwell et @Avitax.

C’est à vous S.

Un nouveau texto arrive : dans 30 minutes attends-moi devant l’hôtel avec la tenue surprise que tu as préparé. En lisant ces mots elle se mord les lèvres car sa tenue est très loin d’être sage et convenable. Mais comment faire autrement, il connait les 2 autres tenues.

Après une douche et une retouche maquillage, elle se pare du bustier seins nus en cuir rouge qu’elle a prévu, fixe ses bas résilles et enfile des escarpins hauts à talons compensés.
Comme unique accessoire elle porte son collier de soumise en métal. Elle se dit qu’elle vient d’atteindre sa limite avant même d’avoir croisé son regard quand un texto arrive…Si tu es frileuse prend une veste ou un manteau. Quel soulagement, elle se saisit de son trench qu’elle avait prévu pour repartir et sort de la chambre. Quand elle pose la clé à la réception, le réceptionniste lui dit : je suppose que votre mari a été retardé, belle soirée à vous madame. Elle tente de cacher sa surprise et se dirige vers la sortie de l’hôtel en espérant enfin croiser le regard de son complice du soir mais personne ne l’attend !!!
Son téléphone sonne, elle décroche : « Tu vas suivre mes instructions à la lettre sans jamais te retourner, acquiesce de la tête et ne dis pas un mot. » Elle prend la direction indiquée et marche dans la rue seule en se laissant guider. Elle se félicite d’avoir pris ses écouteurs car cela lui permet d’être à son écoute et de marcher sans devoir lever la main pour tenir son portable. Pour une fois, elle est presque heureuse que la nuit tombe plus tôt en raison du changement d’heure et espère ainsi passer plus inaperçue.

Elle se demande s’il est loin d’elle car depuis plusieurs minutes il n’a pas dit un mot. Elle continue son chemin avec une énorme envie de se retourner quand il reprend :
« C’est très agréable de te suivre tu sais. Je suis certain que ta tenue n’est pas la plus adaptée pour une balade en ville. Je remarque que tu portes des bas et d’ailleurs je ne suis pas le seul vu que tous les hommes qui te croisent se retournent sur ton passage. Il y en a même un qui te suis depuis tout à l’heure mais sois rassurée je veille sur toi et je te veux. J’aime mater des jambes gainées de bas, ta démarche sexy me donne envie de venir à ta hauteur pour découvrir la tenue que tu as prévu. Entre dans la librairie à ta droite pour voir si ton admirateur a de l’audace. »
Elle entre et flâne dans les rayons tout en se demandant ce qui va se passer ensuite. « Je trouve que ton manteau est trop fermé, ta poitrine n’est pas assez mise en valeur. Ôte un bouton ou deux. Exécute-toi de suite et ressort de la librairie. Tu devrais croiser ton admirateur. Regarde-le dans les yeux et fais-lui un grand sourire ». Elle défait un bouton et sais très bien que son décolleté va attirer tous les regards. Elle approche de la porte quand un homme entre, il la regarde et s’efface pour la laisser passer. Elle tente de planter son regard dans le sien tout en lui décochant un de ses plus beaux sourires mais il est trop occupé à regard ses seins.
« A droite lui dit-il en riant. Tes seins font de l’effet à chaque fois mais tu le sais ma belle salope. Tout droit. Cela te plait » Elle fait signe de la tête que oui et se dit qu’il est très loin de deviner son état d’excitation cérébrale et physique à la fois. Elle aime être regardée, matée…objet de désir tout en obéissant. « Tourne dans la prochaine rue ». Elle est surprise par le calme de cette rue, les lumières sont moins fortes, surement l’absence de boutique. »Plus loin sur la gauche, il y a un grand porche qui donne accès à un parking à l’arrière de l’immeuble. Attends-moi là. Deux minutes plus tard, elle disparait sous le porche et attend.  » Ferme les yeux j’arrive » et il raccroche. Elle entend des pas proches d’elle.Il est là, sa présence proche d’elle la fait frissonner. « Ouvre ton manteau pour que je découvre ta tenue ». Voulant profiter de cet instant magique, elle ôte doucement les 2 derniers boutons de son manteau et le laisse glisser sur ses épaules. Elle sait qu’elle est impudique, ses tétons durcissent…à cet instant elle ne veut qu’une seule chose : se faire baiser immédiatement et sentir son sexe la pénétrer. Elle se mord les lèvres et se met à mouiller.Il tourne lentement autour d’elle comme pour mieux profiter du spectacle qu’elle lui offre.

Il est derrière elle. « Tu te mords toujours les lèvres quand tu es excitée » lui souffle-t-il à l’oreille. Au même instant, il saisit ses seins à pleines mains et caresse avec délicatesse ses 2 tétons dressés d’excitation. Elle est surprise par cette douceur, il les fait rouler entre ses doigts tout en tirant légèrement dessus. Elle sent le plaisir l’envahir mais n’ose pas se laisser aller. Il joue avec elle mais s’il savait comme elle a envie de sa queue. Cette pensée lui déclenche un orgasme qu’elle contient avec peine, sa respiration s’accélère. IL continue à travailler ses seins et se plaque brusquement contre son dos. « Tu sens comme tu me fais bander petite salope, penche-toi et écartes les jambes ». Il relève son manteau sur ses reins, elle se cambre pour lui offrir son cul…elle oublie où elle est, ne veut qu’une chose, se donner à lui…


Ses mains se posent ou plutôt prennent possession de sa taille, il frotte son sexe tendu contre ses lèvres gonflées et la pénètre d’un coup. « Je te donne l’autorisation de jouir quand tu veux  » et Il se met à la pilonner sans ménagement… Elle laisse exploser l’orgasme contenu depuis si longtemps, elle râle et ruisselle de plaisir le long des cuisses…Il ralentit ses allers retour tout en allant au plus profond d’elle-même, ses doigts fouillent sa chatte avec douceur, les caresses douces et fermes sur son clitoris l’embarquent rapidement vers un nouvel orgasme…elle jouit, son corps est pris de tremblement de plaisir…c’est le moment qu’il choisit pour se retirer d’elle. « Ne te retourne pas, attends mon appel pour retourner à l’hôtel me retrouver ». Il laisse le trench retomber sur ses fesses et elle l’entend s’éloigner.
Elle reprend doucement ses esprits mais elle est incapable de savoir s’il a joui tellement elle était excitée. Son portable vibre, c’est un texto : « Rejoins-moi à l’hôtel »….

Laisser un commentaire

par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :