Maîtresse C: la jolie surprise

A cette époque je voyais assez souvent Monsieur. Un jour j’ai reçu ce message de sa part  » soyez disponible mardi prochain à 20h30, rendez moi fière de vous, les indications suivront ». Et voici ce que j’ai reçu le jour J.


Chère Soumise

Une prise de contact pour vous confirmer que je vous attends, comme convenu avec Monsieur pour 20h30 à l’adresse suivante… Prévenez-moi par texto quand vous y serez alors je vous ouvrirai et vous accueillerai.
Je préfère vous prévenir, je serai cagoulée…mon partenaire également du moins au début. Cela rajoutera un peu de mystère et de piment.
Vous pourrez vous changer sur place bien sûr ; je sais que Monsieur vous a demandé de porter votre collier de soumise ; si vous avez une tenue fetish (vinyle ou cuir) c’est un plus, l’essentiel étant que vous soyez à l’aise et surtout accessible : je vous veux seins découverts et bien sûr pas de sous-vêtements ; par contre les bas sont obligatoires, jarretelle ou autofixants peu importe mais évitez les résilles ; aucun besoin de chaussures…
Ce soir je serai votre maîtresse et je vous expliquerai ce que j’attends de vous ; de votre côté, vous m’indiquerez vos limites ; nous définirons également des safe words mais soyez sans inquiétude, le but de nos jeux est de nous et vous faire plaisir tout en nous amusant.. rien de solennel donc.
A ce soir donc chère Soumise…merci de m’accuser réception de ce message
Maîtresse C..

Nous retrouvons Maîtresse C. et Eliope qui a comme moi relaté ce moment passé tous les trois ensemble. Voici son état d’esprit durant la journée avant notre rencontre.

Voilà déjà quelques jours que Maitresse C. m’a informé qu’une surprise se préparait pour mardi.

Bien que n’ayant aucune information sur le scénario, je me doute qu’il s’agit de faire venir une femme soumise rencontrée il y a quelques mois à une soirée.

Ce mardi-là, je m’arrange donc pour travailler depuis chez elle.

Avant qu’elle quitte la maison, les ordres sont stricts : sa chambre doit devenir un vrai donjon ; sur le lit, une bâche en vinyle et tous les accessoires à disposition. Je dois avouer que la préparation de la « chambre des sévices » m’a excité… D’ailleurs, je lui en envoie une photo à peine ai-je terminé d’œuvrer.

Nous échangeons durant la journée quelques messages qui font monter mon désir. A la photo de ma queue en érection, je reçois comme réponse « Ho oui bandez monsieur le secrétaire… Votre petite queue va être mise à rude épreuve ce soir… »

A son retour, Maitresse C. me félicite pour mes diverses tâches effectuées puis part se préparer.

J’ignore si elle l’a fait exprès mais sa culotte de la journée s’est égarée dans le couloir.

En bon homme de maison, je la ramasse, mais avant de la jeter dans la panière, instinctivement je la renifle. Et là, quelle surprise !!! Elle est humide et un délicieux parfum d’excitation envahit mes narines. Visiblement, je n’ai pas été le seul à attendre cette soirée.

Maitresse réapparait en Catsuit, ses mules aux pieds. Divine …

Le temps d’une cigarette, elle me fait mettre nu, à genoux devant elle. A peine dirige-elle son pied vers ma bouche que mon sexe se raidit instantanément. Un par un, je déguste ses orteils qu’elle bouge sur ma langue, je lèche sa voute plantaire…  Ma respiration s’accélère durant ce réel moment d’adoration. Elle me regarde d’un air satisfait de voir à quel point elle parvient à me rendre aussi facilement docile en me présentant ses pieds. Elle me taquine également la queue avec ses orteils, ce qui me fait bander de plus belle.

« Bon, c’est l’heure de vous préparer Mr le secrétaire » dit-elle pour mettre fin à cette mise en bouche.

Short à fermeture éclair, débardeur fetish, cagoule et masque sont ma tenue du soir. Attaché en croix sur le lit, braguette ouverte et sexe sorti, une musique zen me tient compagnie pour ce temps si particulier que connaissent bien les personnes soumises : l’attente. A chaque fin de morceau, je tends l’oreille pour capter une voix, un bruit espérant entendre la porte de la chambre s’ouvrir. A mesure que les secondes défilent, une sorte de nervosité vient s’emparer de moi. Des questions se bousculent dans ma tête. Je parviens à me calmer en respirant profondément. Je me laisse bercer par la musique. Presque assoupi, j’entends alors le bruit de ses talons dans le couloir puis, la délivrance : la porte s’ouvre.

Eliope et moi avons tous les deux écrit, chacun de notre coté, nos impressions, nos ressentis suite à notre rencontre. Comme vous allez le constater il a mieux suivi car moi j’ai perdu le fil…

Vu par Valia

J’entre dans la chambre avec Maîtresse C.: lumière tamisée et musique langoureuse. Un homme cagoulé, attaché sur le lit, les bras et les jambes écartées. Je m’approche du lit, je me glisse entre ses jambes et je prends sa queue dans ma bouche. Il gémit. Je le suce, le fait gonfler, durcir. Je me déplace afin de pouvoir lui glisser mes doigts de pieds gainés de nylon dans la bouche comme Maîtresse C. me l’avait demandé. C’est la première fois que je fais ça. Étrange sensation de cet homme qui est heureux de lécher mes orteils comme de petites friandises. Je joue un moment à lui mettre et retirer mon pied, à le frustrer alors qu’il relève la tête à la recherche du contact. Parfois je lui effleure les lèvres doucement et il ouvre avidement la bouche. Maîtresse C. me fait signe d’arrêter et je viens poser ma chatte sur sa bouche affamée. Il me lape littéralement. C’est très excitant. Elle prend des photos de ces instants. Ensuite elle vient se mettre entre les cuisses de l’homme et le suce pendant qu’il continue de me lécher. Allongée de nouveau je recommence à lui faire lécher mes orteils pendant qu’il la fait couler.
Maitresse C. me masque les yeux. Je devine qu’elle détache son soumis. À ce moment compliqué de relater précisément ce qui s’est déroulé donc je vais juste raconter ce dont je me souviens, vous excuserez le manque de chronologie:
▪️À 4 pattes son «  bras magique » dans ma chatte qui me fait crier puis couler
▪️assise sur sa queue pendant qu’elle pose sa chatte sur sa bouche
▪️Elle me lèche et me fait jouir alors qu’il la pénètre
▪️Les mains attachées. Bâillonnée par une boule
▪️Une envie de faire pipi nous emmène dans la douche et j’urine debout dans sa bouche
▪️J’enlève mon rosebud. Elle me pénètre avec un gode ceinture d’abord dans la chatte, puis dans le cul. Une première. Étrange mais j’oublie vite que c’est une femme, concentré sur le plaisir qu’elle me donne. Puis son soumis vient rejoindre la danse et l’encule. Elle est prise «  en sandwich «  entre nous deux.
▪️Un vibro sur mon clito et de nouveau son bras dans ma chatte. Je m’entends crier.
▪️Ils m’attachent sur le dos les 4 membres écartés. C’est la première fois que l’on m’attache. De la réticence d’abord d’être ainsi contrainte mais leur douceur me rassure, ils me caressent d’abord de leurs mains puis un balayage de gant «  piquant », une roulette sur les seins, des frissons, mes doigts de pied dans sa bouche qu’il suce voluptueusement, des chatouilles sous les pieds.
▪️Ils m’attachent sur le ventre et de nouveaux ces mains gantées, des caresses, mes doigts de pieds sucés, des frissons.
▪️mon corps qui se soulève et danse sous ces caresses. Ce bras magique me caresse de nouveau, me pénètre. Il me fait couler.
▪️Et enfin un moment calme, enlacée avec Maîtresse C.
Je suis repartie aussitôt afin de les laisser entre eux, partager ce moment.


Vu par Eliope

L’excitation prend alors le dessus sur l’appréhension. A peine entrée, je sens une bouche chaude engloutir mon sexe. Une douce langue titille mon gland, me lèche de haut en bas. Au départ timide, mon membre se raidit peu à peu par cette très agréable fellation. Maitresse C. vient m’embrasser en même temps, ce qui ne fait qu’amplifier mon plaisir. Désormais, je bande à fond. C’est à la fois troublant et tellement excitant d’ignorer à qui appartient cette bouche qui s’est emparée de mon sexe. Entravé par les liens, je me sens possédé.

Maitresse met finalement un terme à cette délicieuse gâterie pour m’en imposer une autre tout aussi divine. Abandonné par la chaleur de cette bouche, je sens alors des orteils nylonés venir se poser sur mes lèvres. Je tire machinalement la langue lâchant un soupir mélange d’excitation.  Visiblement cette mystérieuse visiteuse est au courant de fétichisme et en joue vicieusement. Elle fourre ses orteils dans ma bouche grande ouverte, s’amuse à les rentrer et sortir, écrase ma langue toute sortie … Comme irrésistiblement attiré, je relève la tête pour avaler son pied le plus possible alors que mon sexe est toujours en émoi. Vénérer alors que je ne peux voir, quelle sensation unique pour le fétichiste que je suis…  Et quelle frustration lorsque Maitresse C. lui demande d’arrêter. Je lèche même dans le vide durant quelques secondes espérant à nouveau sentir le nylon sur ma langue.

C’est ensuite à moi de remercier notre hôte, lorsque sur ordre, elle vient se positionner sur moi. Je la déguste avidement : je suce son clitoris, passe ma langue entre ses lèvres, la rentre dans sa chatte. J’aspire goulûment sa mouille alors qu’elle se frotte sur ma bouche. Les spasmes qui trahissent son plaisir augmentent le mien.  Totalement immobilisé par la position, je me sens prisonnier. C’est exquis d’être ainsi utilisé et à la merci des envies de Maitresse C.

Et lorsque la soumise se bascule vers l’arrière, je relève la tête et tire à fond la langue ne pas en perdre une miette jusqu’à ce que Maitresse C. mette fin à son plaisir et lui ordonne de se relever et de venir se positionner à côté de moi.

Mon masque m’est ôté et je découvre alors la silhouette de notre invitée à travers ma cagoule. Je distingue à peine celle à qui je suis offert depuis son entrée dans la chambre.

Une fois mon « bras magique » recouvert et lubrifié, la soumise vient s’empaler profondément dessus. Au départ immobile, je bouge ensuite en elle, excité, d’abord par les soupirs, puis par les gémissements de plaisir que mon « membre » lui procure. De mon côté, je prends un pied fou à être ainsi au service de ces Dames, totalement dévoué à leur plaisir. Maitresse C. en rajoute en venant sucer ma queue.

Elle invite ensuite sa soumise à venir s’asseoir sur moi. Et là, commence une danse des plus excitantes. Toujours impossible de voir clairement cette magnifique femme à qui je sers de sex-toy sur les ordres de Maitresse C. et qui ondule sur mon sexe dressé de plaisir. Je bouge frénétiquement mon bassin pour l’entendre à nouveau gémir. Cette pénombre dans laquelle je suis plongé rend la situation tellement excitante. Je distingue ses bas, son corset, son collier… Mais rien n’est net, c’est comme si j’avais affaire à un succube. Elle bouge sur moi, tantôt sensuellement, tantôt avidement, sa chatte trempée m’avale totalement la queue. C’est elle qui me baise et m’utilise comme un jouet de plaisir…

Maitresse C. arrache mon T-shirt et lui offre mes tétons à torturer alors que celle-ci vient s’asseoir sur ma bouche. Totalement submergé par l’excitation, je la lèche à en perdre haleine pour la remercier tout en remuant mon sexe de plus belle. Mes seins, ma queue, ma bouche… Toutes ces sensations se mélangent et il m’est impossible d’identifier d’où provient l’intense plaisir que je ressens tellement je suis sollicité. J’en pers presque la tête, quel délice…

Cette danse lubrique prend fin lorsque Maitresse décide de me détacher et de m’offrir sa soumise en levrette. Quel spectacle : la voir à 4 pattes, admirer ses fesses, apercevoir enfin ses pieds à travers les bas… L’avoir ainsi à ma disposition fait soudainement monter en moi une envie de domination, un désir de reprendre les rennes, de guider des ébats…

En même temps que je la pénètre, j’ôte alors ma cagoule et arrache mon t-shirt comme pour me libérer de ces preuves de soumission. Maitresse C. me sent lui échapper à cet instant précis.

La suite de cette délicieuse soirée mérite elle aussi d’être racontée. Elle fera sûrement l’objet d’un autre récit.

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :