Rencontre à l’hôtel CitizenM

Je rentre chez moi, me déchausse au milieu du salon, enlève ma robe que je jette sur le fauteuil: J’en profite ce week-end pas de mari, pas de fils, mon côté bohème reprend le dessus…
Je me mets sur le canapé et je me connecte sur ce site parfois si addictif… Je suis seule ce soir. Je décide pour une fois de délaisser ces hommes qui m’écrivent, leur sexe dressé qui me laissent indifférente et de faire une recherche. Une fiche sort du lot, un buste, une main glissée dans une chemise. J’adore les chemises sur un homme, tellement sensuelles. On peut les ouvrir délicatement, lentement, frénétiquement. Au risque de déplaire je contacte cet homme qui quelques minutes après me répond. Des échanges brefs, une proposition de prendre un verre une heure après Gare de Lyon. Joueuse, j’accepte. Le seul risque est de passer quelques minutes avec un homme dans un lieu public.Je suis entrée dans cette chambre, un peu tendue sachant ce qui allait se passer et dans l’attente du comment. Tu as mis de la musique, tu t’es rapproché de moi, j’ai senti ta chaleur, puis tu m’as embrassée d’abord délicatement, doucement puis plus intensément. J’ai frissonné. Tes lèvres étaient gourmandes, chaudes et douces. Tu m’as doucement retournée dos à toi, j’ai senti tes lèvres se poser sur ma nuque, la ligne de mon cou, tu as posé tes mains sur ma nuque. Et là c’était parti. La porte était ouverte au désir, au besoin de sentir tes mains sur moi, à l’envie de toucher ta peau, de goûter ton sexe. Je sais à cet instant, je sens que cela va être une très belle rencontre.
Tu as déboutonnée ma robe, je sens tes mains sur moi, tu as dégrafé mon soutien-gorge, fait glisser ma culotte le long de mes jambes et je me suis retrouvée nue devant toi en talons. J’ai déboutonné ta chemise que j’ai enlevée et je me suis accroupie devant toi. J’ai déboutonné ton jean et caressé ton sexe à travers ton boxer. À cet instant je me suis dit mon dieu qu’il est gros, comment je vais faire😅
J’ai pris ton sexe dans ma main, j’en mouillais déjà. J’ai posé mes lèvres, je l’ai goûté de ma langue et je l’ai fait glisser dans ma bouche. Petite aparté:J’adore ça car à ce seul moment là j’ai le sentiment d’être maître du désir de l’autre. De le voir se laisser aller, abandonné, confiant.J’adore sentir le flux de sang venir gonfler ce sexe, cette énergie qui se dirige vers ce membre me fascine. Le sentir vivant dans ma bouche. Le lécher sur toute la longueur de bas en haut, m’attarder sur le gland, descendre vers les testicules, le reprendre entre mes lèvres et l’engloutir au plus profond. L’aspirer le lécher le sucer….je m’égare
Tu m’as dirigée vers le lit, tes doigts fouillent ma chatte, entrent, sortent et me font couler, fort. C’est toujours une surprise pour moi ce phénomène que je n’avais jamais connu jusqu’à il y a quelques mois. Ce fameux lâcher prise que je ressens jusqu’au plus profond de moi. Mon dieu que j’ai envie de toi, de ton sexe puissant. Tu me couches sur le ventre et j’attends ruisselante enfin le moment où tu vas me pénétrer, me remplir.Et enfin je sens ton sexe se poser et forcer l’entrée. Je l’accueille sans résistance, mon corps crie famine, il veut être possédé encore et encore. Tu te permets une fessée. Tu dois sentir que j’aime ça car tu m’en donnes de plus fortes. Cette main que je sens prête à dispenser une caresse ou une fessée, j’adore ça. Je cambre mes fesses, j’ondule au gré de tes vas et vient et je jouis. Ce sera le premier orgasme d’une longue série.

De nouveau tu insères tes doigts en moi : 1, 2 puis 3, 4 et c’est ta main que je sens tout d’abord puis que je vois disparaître au fond de moi . C’est la première que l’on me fait ça: c’est à la fois bon et terriblement excitant et déviant. Les orgasmes s’enchaînent par vagues successives.
Je me revois agenouillée entre tes cuisses léchant ton sexe, faire de long vas et vient, le sentir frémir. Tes mains attrapent ma tête à laquelle tu imprimes un mouvement plus profond. C’est toi qui donne la cadence, jusque dans ma gorge, qui me pénètre.
Tu me couches sur le lit, sur le ventre, les fesses cambrées, offertes. J’aime cette posture de soumise. Je frémis et anticipe la chaleur des claques données par ta main sur elles, ces fessées plaisir qui brûlent ma peau. Mais à cet instant j’entends que tu retires la ceinture de ton pantalon. Ce bruit multiplie mon excitation. Va t’il le faire? Oser? Suis je autant transgressive ? J’avoue, j’ai aimé . Tu as entamé quelques coups de ceinture sur mes fesses rougies puis tu as glissé la ceinture autour de mon cou afin d’en faire un collier avec laisse et tu m’as pénétrée avec force tout en me maintenant. J’ai eu un orgasme très fort. Le constat est que je suis irrémédiablement une soumise et j’aime ça. Cette sensation autour du cou est très sensuelle et ultra excitante. Je me souviens que tu m’ais demandé pourquoi je ne t’avais pas dit que j’aimais ça. Mais tout simplement parce que je ne le savais pas. Je l’ai découvert à cet instant et tu as sans doute senti que tu pouvais te le permettre.
Repue tu m’as relevée puis tu m’as demandé sur quelle partie de mon corps je voulais te voir jouir et ce sont mes seins que je t’ai désigné.

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :