Un après-midi…

Un premier message au mois d’octobre 2019 auquel je n’ai pas répondu. Pourquoi lui ai je répondu 2 mois plus tard par ces mots «  je m’incline devant vous » ? J’ai en fait relu sa présentation et les premiers mots de MC » je dédie cette annonce à celle pour qui «  salope » est un compliment « ont raisonné en moi et j’ai compris que si je n’avais pas répondu au mois d’octobre c’est parce que je n’étais pas mûre pour la comprendre.Deux mois plus tard je m’incline à ses pieds.-« marque de déférence appréciée, approchez donc que je juge de votre aptitude à répondre aux ambitions que j’ai pour vous »-« me voici »

Et c’était parti…. des photos, des mots percutants qui me font mouiller et très vite une date de rdv pris pour dans 2 semaines. Les jours passent et MC distille des photos de femmes dans des situations alors que de mon côté je lui résume mes soirées. Le jour J arrive , rdv à 13h chez lui. Ce sont les grèves, je vais avoir du retard et je l’en informe. Une réponse «  vous aggravez votre cas » qui me fait frissonner. Un code, un étage et j’arrive devant la porte et je réalise que je ne sais pas à quoi il ressemble mais peu importe il a kidnappé mon esprit. La porte s’ouvre, un bel homme élégant m’accueille dans un joli appartement parisien bien décoré. Un homme de goût, il me plaît il m’attire et il me met immédiatement à l’aise, m’offre une coupe de champagne, très vite il me caresse la cuisse à travers mon bas, sa main glisse entre mes cuisses, vérifie que je ne porte pas de culotte. Il m’entraîne ensuite vers une table sur laquelle sont posés de nombreux accessoires; il me demande d’en choisir: un masque, des menottes, un martinet, mes préférés. Puis nous nous dirigeons vers un fauteuil Vassili sur lequel je m’assoie, il me fait poser chacune de mes cuisses sur l’accoudoir, menotte mes mains à l’arrière du dossier et me bande les yeux. Je suis là indécente les seins offerts sortis du soutien-gorge, le sexe offert. Ses mains pincent mes tétons, ses doigts titille mon clitoris, l’agace, l’excite. Le martinet s’abat sur mes cuisses, mes seins, mon ventre, ma chatte. Les lanières atteignent mon clitoris, déclenchent des pointes d’électricité. Je gémis, crie, sa main glisse entre mes fesses et vérifie que le rosebud soit bien en place. Il me murmure qu’il va m’enculer. Il me détache les mains, me fait mettre à 4 pattes sur le tapis et me baise longuement tout en claquant mes fesses. Je suis excitée, le plaisir monte par vagues, appartenir, être à lui….Il enlève le rosebud qu’il remplace par sa queue qui entre facilement dans mon anus dilaté, m’empale puis il remet le rosebud à sa place en me murmurant «  fin du round 1 , déjeunons » . Un délicieux déjeuner nous attend. Le round 2 commence, je ne porte que mon porte jarretelles, mes bas et mes talons. il m’attache les mains à une poutre, me masque les yeux, enserré mes seins avec des liens qui les font bien ressortir. Ce round est plus musclé, plus intense, plus brûlant, plus frappant. Les coups de fouet me font onduler, danser, vibrer, gémir, râler, crier. Il en profite pour mettre un bâillon boule dans ma bouche. La danse reprend, mon corps est en feu, mes fesses, mes cuisses, mon dos. Des caresses viennent apaiser, calmer le feu que la cravache vient rallumer. Je l’entends ouvrir le réfrigérateur, farfouiller et le froid d’un glaçon me fait sursauter. Puis je sens une substance sur mon téton. Il me murmure que c’est le dessert, il lèche mon téton qui est recouvert du glaçage d’un éclair au chocolat. Je ne sais combien de temps je suis restée suspendue à cette poutre. Il m’a détachée et demandé de danser pour lui ce que j’ai fait une coupe de champagne à la main. Le troisième round s’est déroulé dans sa chambre, sur son lit, tendrement, il m’a fait couler plusieurs fois, baisée longuement et joui sur mon ventre, ma poitrine. Fin du round 3, il est 19h passé, temps pour moi de rentrer, épuisée, repue.

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :