Amant: ce que prend une femme lorsque son mari ne la prend plus…

PREAMBULE: Tous les rapports sexuels que j’ai eu avec tous les hommes que j’ai rencontré lors de cet itinéraire étaient protégés. Je ne le précise pas dans les récits car cela casserait le rythme.

Un paso : Inscription sur un site de rencontre

A la rentrée je me suis inscrite sur un site de rencontres, très connu, Gleeden pour ne point le nommer. C’est un site pour des rencontres extraconjugales. J’ai tout d’abord dû réfléchir à un pseudo qui pourrait me définir et ce n’est pas une chose aisée figurez-vous, mais un verbe m’est venu à l’esprit comme une évidence et il était disponible. Me voilà inscrite. Etape suivante, un texte pour décrire ma recherche et  voilà ma fiche activée et déjà de nombreux messages d’hommes. Ils ne me laissent pas le temps de découvrir les méandres du site qu’ils me demandent déjà d’ouvrir mon album photos. Zut, des photos. Je regarde les dernières prises pendant les  vacances mais rien d’excitant. J’en mets deux de mon visage, classiques, pour les faire patienter et me voilà lancée dans une séance de selfies suggestifs devant mon miroir en culotte soutien-gorge et porte jarretelle, achats lointains lorsque je voulais réveiller la libido de mon mari et exhumés de mon tiroir pour l’occasion. Je me prends au jeu et je prends des poses, cela m’amuse. Je les mets dans mon album privé et je commence à découvrir le site. Je n’arrive pas à répondre au nombre de messages que je reçois tellement les sollicitations sont nombreuses. J’échange avec certains, tous mariés et tous se plaignent de ne plus avoir de sexualité avec leurs épouses ou alors qu’elles sont passives, inertes, limite étoile de mer, qu’ils souhaitent rencontrer des femmes libérées. Bref, ils veulent revivre les premiers émois d’une rencontre ? Ils veulent baiser ? Ça tombe bien c’est également mon cas.

 Bien souvent lors de l’ouverture de leur album, je clos l’échange le plus diplomatiquement  possible par des phrases bateau telles :

« Merci d’avoir posé votre regard sur moi mais l’attirance n’est pas au rendez vous

De jolis yeux ou élégant mais l’attirance n’est pas au rendez-vous. »

Très vite ils veulent te faire sortir du site afin que tu ne sois qu’à eux car les sollicitations sont multiples, la femme est volage et il faut ferrer le bon poisson avant qu’un autre ne l’attrape. C’est ainsi que je découvre l’application « Kik messenger » qui permet de ne pas communiquer son numéro de téléphone et qui fonctionne comme une messagerie.

Dos pasos : la rencontre

 Un soir tard, alors que nous sommes en week-end  chez des copains en Bretagne, un homme, sort du lot, le fameux feeling est là. Très vite nous échangeons nos numéros de téléphone, nous échangeons beaucoup, il occupe toutes mes pensées. Le lundi nous décidons de nous appeler car la voix est importante à mon sens. Nous sommes tous les deux ravis et nous avons convenu de déjeuner ensemble le lendemain. Nos échanges deviennent rapidement plus coquins, je commence à me lâcher, à lui dire ce que j’aime, nous nous décrivons nos fantasmes…. Je ne quitte pas mon téléphone comme si ma vie en dépendait. Je me sens belle, attirante et propriétaire d’un secret, je revis.

Nous sommes mardi. J’ai peu dormi, je suis impatiente, j’ai l’impression d’être une adolescente. Comment vais-je m’habiller ? Va-t-il me trouver à son goût ? Qu’est-ce que je vais bien pouvoir lui raconter ? Va-t-il me plaire ? Mais plus le temps de se poser des questions, je suis devant la Gare St Lazare, il est midi, il fait beau et je le reconnais, il me tourne le dos, je m’approche de lui, mon cœur bat la chamade et enfin mes yeux rencontrent les siens. Ouf il ressemble à ses photos : chauve, barbu, un joli sourire, il me plait, je lui claque une bise sur la joue. Nous nous installons en terrasse, je n’ai absolument pas faim mais nous commandons chacun une salade. Nous nous racontons brièvement nos vies respectives et pourquoi nous sommes sur ce site. Il me dit qu’au cas où il a réservé une chambre d’hôtel à proximité mais je me cabre : trop rapide et puis je dois bosser l’après-midi ! Mais c’est ainsi que je découvre une nouvelle application pour infidèles, « Dayuse » qui permet de réserver des chambres d’hôtels en journée pour quelques heures à des prix abordables et même dans des palaces ! Un déjeuner trop rapide qui nous laisse frustrés. Nous nous quittons avec l’optique de nous revoir la semaine suivante mais dans le métro qui m’emmène chez mon client je lui dis que je peux être disponible 2 jours après. Il me répond « quel enthousiasme » et nous avons donc rendez-vous le jeudi. Nos échanges se poursuivent, nous basculons dans l’envoi de sextos (textes ou photographies sexuellement explicites), nous nous excitons mutuellement, virtuellement. J’oublie tous ceux qui m’entourent, je suis sur un petit nuage.

AMANT : ce que prends une femme lorsque son mari ne la prend plus

Le jeudi arrive. Il pleut. Je ne tiens plus en place. Je dois le rejoindre dans une chambre d’hôtel près d’Opéra à midi. Je porte une robe noire portefeuille qui épouse mes formes, mes sandales à talons compensées, une culotte haute noire qui a sa préférence. Mes collègues s’étonnent de mon élégance. Les minutes s’égrènent lentement jusqu’au moment où le Uber commandé arrive. J’ai les mains moites, la sensation d’avoir les aisselles qui ruissellent de transpiration. Un message avec le numéro de la chambre. Je traverse la réception avec le plus d’assurance possible, dis au réceptionniste que je suis attendue chambre 25 et je prends l’ascenseur.  Je ne peux plus reculer. Je toque à la porte, il m’ouvre, me prend dans ses bras et m’embrasse fougueusement. J’aime sa bouche, ses lèvres sur les miennes, le goût de sa salive, sa langue qui s’enroule autour de la mienne, sa main qui se pose sur ma nuque fermement alors que son autre main retrousse ma robe, je gémis, ses doigts s’insinuent sous l’élastique de ma culotte, dans la moiteur de ma chatte brûlante et là je sens un plaisir inconnu m’envahir, ma respiration s’accélérer ma jambe se soulève afin de sentir encore plus ses doigts qui me fouillent et je me mets à couler. Un liquide s’écoule le long de mes jambes .Mais que m’arrive-t-il ? Est-ce que je suis en train de faire pipi au milieu d’une partie de jambe en l’air ou alors est-ce cela le fameux lâcher prise ? Je ruisselle, une flaque imprègne la moquette. Lui me dit avec un sourire  «  je t’avais dit que j’étais sourcier ». Encore agitée de spasmes il m’allonge sur le lit et me pénètre. Je suis totalement déchainée, impudique. Je veux ses mains, sa queue, je le veux lui de face, contre, derrière, sur, sous, en moi. Je veux me fondre en lui. Mais ce trop-plein d’énergie sexuelle l’inhibe, il débande. Mais pas de gêne entre nous, je suis déjà très heureuse de cette rencontre et d’être allée jusqu’au bout. Il est temps de nous séparer. Je reprends le métro pleine d’odeurs, d’images, de sensations en moi. Je vole, je me sens vivante, belle…..J’AI UN AMANT !!! Ses gouts, ses envies ont révélé ma féminité  avec la découverte du vernis semi permanent de couleur bordeaux que je porte d’ailleurs toujours, le plaisir de porter de la lingerie, des porte jarretelles, des talons de plus en plus haut….Nous avons exploré l’urologie, la sodomie, il devait m’emmener dans un sauna libertin….chose qu’à mon grand regret il n’a pas fait.  Nous nous sommes vus 3 mois quasiment toutes les semaines. Mais ce qui devait arriver, arriva, je me suis attachée à lui, trop, il l’a senti, il est devenu distant, nos rendez-vous se sont espacés et il a fini par me dire de prendre un autre amant. Ces mots m’ont paru inconcevables sur le moment mais pour moins souffrir, j’ai suivi son conseil et je me suis réinscrite sur le site.

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :