Une soirée place de la République

Cela faisait un moment que je n’étais pas sortie en femme seule. L’opportunité s’est présentée ce samedi soir, j’ai été attirée par l’annonce d’une soirée organisée par un couple. Les photos et les témoignages étaient tentants. Le seul hic était que le thème de la soirée était «  les femmes dominent ». J’ai tenté ma chance en précisant que je n’étais ni bi ni domina. L’organisateur, m’a dit pas de soucis. Quelque peu excitée je me suis présentée place de la république. Il est venu me chercher car les entrées sont contrôlées et je découvre qu’en fait nous allons dans son appartement. Là je suis accueillie par sa compagne . Je vais dans la chambre changer de chaussures et pour cette soirée je porte ma robe en latex ultra moulante puis j’entre dans la cuisine. J’y découvre 2 dominas avec leur soumis bi équipés de harnais, un couple marié atypique : la femme est un trans genre et son mari est bi soumis, un très bel homme , un travesti prénommé Juliette, un hétérosexuel curieux et moi seule soumise. Nous dînons , échangeons. Ils sont tous très sympathiques. Puis le maître des lieux me fait visiter sa chambre des plaisirs: 30 m2 équipes d’une croix, d’un lit, un prie dieu, une banquette, et une multitude d’accessoires. Une domina arrive avec son soumis. Elle le fait mettre sur le dos sur la banquette, lui fait relever les jambes et le contraint par les chevilles. Son cul est donc offert. Une autre domina entre à son tour avec son soumis en laisse et lui fait lécher le cul du soumis attaché. Je regarde cette scène, curieuse, mais la bisexualité ne m’attire pas. Jérôme s’approche de moi et me demande si j’ai envie de jouer. J’acquiesce. Il me bande les yeux et me fait mettre debout contre le mur. Il descend la fermeture éclair de ma robe, dégage mes seins auxquels il fixe des ventouses dont il aspire l’air. Cela étire délicieusement mes tétons. Puis il me passe une roulette sur le corps. C’est ensuite un petit martinet qui prend le relai sur mes seins, mes cuisses, mon ventre. L’hétéro curieux est venu le rejoindre, il me caresse maladroitement, il passe la roulette sur mon corps très vite, mais je repousse sa main car je n’arrive pas à me concentrer sur les 2 sensations en même temps et je n’aime pas ses mains, impatientes. Le maitre de maison me fait retourner et me cambrer. Le martinet claque sur mes fesses, mes cuisses, mes mollets. Remplacé ensuite par des fessées bien senties. Mes fesses chauffent. Puis c’est au tour d’une petite badine, implacable et Sournoise de me faire pousser des cris. J’entends le son d’un vibro approcher et j’accepte avec reconnaissance le plaisir qui va m’apaiser mais c’est sans compter sans l’imagination de mon hôte. Des picotements électriques sur la peau, des caresses, Je frémis, ma peau se hérisse, je me tortille. C’est piquant mais pas douloureux. Je découvrirai plus tard que c’est un martinet électrifié. Il m’entraîne ensuite, nue, dans le salon et me fait mettre à 4 pattes sur un pouf. Là mes fesses balancent sous les fessées, la cravache….

Pause salutaire

Puis mon hôte revient avec une petite boîte et m’entraîne dans le salon. Les yeux bandés il me fait allonger dos sur le pouf et me pose des électrodes sur les seins et le ventre. Une sensation très agréable, mes tétons réagissent et mon corps se tend vers des mains. Mais mon hôte n’est pas tactile et je reste sur mon envie. Il me met un petit vibro dans la chatte qui raisonne sur mon plug. Des coups de cravache viennent marquer mes cuisses. Tous mes sens sont exacerbés mais j’ai besoin de tactile. Je demande à arrêter la séance. À ce moment le très beau soumis s’approche de moi, m’enlace tendrement, m’embrasse et me pénètre doucement quelques secondes.

Dernière pause. Je discute avec Maîtresse C., une femme très drôle qui au moment où je partais, enfilait son gode ceinture…

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :