Valia et le Maître fouetteur

Nous sommes dimanche et je reçois ce message de la part de mon démon « Le Maitre fouetteur aurait des disponibilités pour te malmener. Serais-tu disponible jeudi prochain après-midi ? ». Un grand sourire éclaire mon visage et mes yeux brillent: bien sûr que mes fesses et moi même sommes disponibles pour être malmenées. J’en ai déjà des chatouillements dans le ventre rien que d’y penser.

Jeudi arrive. À mon réveil je découvre ce message:
« Vous allez devoir patienter et cela en compagnie de notre invité de 15h.Je dis invité car notre maître fouetteur a un contre temps et j ai dû trouver un remplaçant ce matin même. Je crains qu’il ne soit plus sévère que notre ami mais sachez que vous pourrez toujours prononcer le stopword si cela dépassait vos limites. Je ne pourrai pas être présent lors de son arrivée mais je devrais venir un peu plus tard. Vous devrez donc le recevoir et je compte sur vous pour l’accueillir chaudement. Je vous impose d’ailleurs le scénario du pouf à Salope placé au milieu du salon et sur lequel vous serez à 4 pattes, la croupe offerte à l’entrée en tenue dénudée avec un collier et un masque sur les yeux. Notre invité surprise sonnera vers 15h et vous devrez lui ouvrir la porte par l’interphone et laisser la porte entrebâillée pour qu’il puisse s’introduire tout seul dans l’appartement. Avez-vous tout compris ma Salope ?Le Démon pervers 👹 »

Ma tête et mon corps sont en ébullition. Qu’est ce que j’aime ces messages… ils distillent une chaleur sourde entre mes cuisses. J’essaye de ne pas trop y penser mais sans cesse je me demande qui va être cet invité. Je chauffe un peu mon démon en lui envoyant cette photo afin de lui montrer que j’ai compris.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est IMG_4625-1024x757.jpg

Sa réponse ne se fait pas tarder : « Je vois effectivement que vous avez déjà pris de bonnes « dispositions » pour votre cambrure.Je ne doute absolument pas que nos invités soient conquis par votre posture inconvenante lors de leur arrivée » À cet instant je tilte sur NOS INVITÉS. Il n’avait parlé que d’un seul invité. Combien vont ils être? Mon démon sait que je ne suis pas une adepte des gang bang. Mais bon je lui fais confiance, il connaît mes envies, mes fantasmes. Puis alors que je me prépare, un dernier message « Pour ta séance de 15h, tu trouveras un masque ergonomique noir. Sois prête à 14h50 au max, déplace le pouf au milieu et ferme le store + lumière d’ambiance + musique ad hoc. Nos amis devraient venir avec leurs jouets donc tu n’as que ton corps de Salope à préparer. J’espère que tu es toujours autant excitée par cette séance qui, tu le verras, est originale et devrait te permettre d´écrire un récit sur une nouvelle pratique … Suspens… »


Une nouvelle pratique? Mon côté joueur se réveille. Que m’a t’il préparé? Je suis prête mais l’estomac contracté. J’ai mis des bas , ma robe en wetlook avec une fermeture éclair devant que j’ai ouverte afin de libérer mes seins, mon collier métallique et mes sandales à hauts talons. Un message m’informe du retard des invités. Je patiente donc, quelque peu nerveuse. Enfin l’interphone sonne. J’enfile aussi vite que je peux mes chaussures que j’avais retirées, déclenche l’ouverture du sas d’entrée, entrebâille la porte, je me mets sur le pouf, je bande mes yeux et je me mets à 4 pattes. J’entends l’ascenseur qui monte, les portes coulisser, la porte d’entrée qui se referme, un sac posé, des pas qui se rapprochent de moi et me tournent autour. Je le sens me regarder, me jauger, je m’ébroue comme le ferait une jument. Je suis à la fois attentive, craintive et impatiente. J’identifie qu’un seul homme. Un mélange de soulagement mais aussi de regret rapidement effacé lorsque l’homme agrippe mes cheveux, se rapproche de mon oreille et là avec stupeur me parle en russe. Immédiatement ma première pensée est « oh la la mais je ne vais rien comprendre » et puis « mais d’où il sort? Dans quel état vais je terminer? ». À cet instant je repense à ce vieux dicton russe lu il y a quelque années “ s’il te bat c’est qu’il t’aime”. ( c’est pas vrai je viens de le lire :)). Le son caractéristique d’une ceinture arrachée aux passants d’un pantalon me tire de mes pensées. Frissons, anticipation de la brûlure du premier coup… qui ne tarde pas à tomber sur mon cul cambré. Puis vous me pardonnerez le peu de détails relatés car se sont ensuivis deux heures lors desquelles j’ai été fouettée avec des martinets, fessée au rythme de chants populaires russes, les tétons pris en étaux dans des pinces et la chaîne entre mes dents. L’homme m’a faite couler encore et encore. J’ai reçu des ordres dont je ne comprenais pas un traître mot mais dont je devinais le sens: razdvinut nogi ( écarte les jambes) razdvin nogi bol’she ( écarte plus les jambes ) cambre vy (cambre toi) tebe eto nravitsya ( tu aimes ça) da domski ( oui Monsieur) que je devais répéter.

Cette séance s’est arrêtée à l’arrivée de mon hôte qui m’a retiré mon bandeau. J’ai ainsi pu découvrir le visage d’ “ Ivan le terrible” ce qui m’a fait bien rire. J’ai été dupée par ces 2 grands pervers et j’ai eu l’explication du “ nos invités” que je ne vous dévoilerai pas car j’espère que ce sera l’occasion d’un nouveau récit croustillant et original. Un grand merci au producteur, scénariste et à l’acteur. Je vous embrasse à pleine bouche. Et vous excuserez mes fautes de russe…

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :